J’ai aimé la forme à la manière d’un compte à rebours, de chapitres, (19,18,17,16,15…) qui met sous tension jusqu’à l’assaut final : Sandrine et Gabriel, un couple en souffrance s’offre un  dernier RDV décisif sur une rame du métro parisien, ce sera  sur « Zeus ».(signe?)

S’ensuit un chassé-croisé et une galerie de  « personnages passagers » de la rame à mesure que le décompte avance, un petit poche assez surprenant qui ne laisse pas de marbre, surtout quand on repense à certains événements tragiques.

 

Afficher l'image d'origine

 

Publicités