Recherche

Lectures indélébiles Ecritures vagabondes

Journal de bord des lectures, critiques et moments d'écritures

Tag

lumière

Colorimétrie/clichés

Un documentaire sur Monet me revient sans cesse en tête et depuis,

je comprends mieux son obsession de la lumière et de certaines teintes bleutées, bleuâtres…shades of blue…Aaron

« Les mots se détachent du ciel bleu. Ils descendent lentement sur la page. Ils disent la légèreté, l’ardeur et le jeu. Ils disent l’amour unique, l’amour terrestre. C’est un amour qui contient Dieu, les anges et la nature immense. Il est infime, minuscule. Il tient dans la gorge d’un moineau. Il dort dans le cœur d’un homme simple. Il s’enflamme dans l’air pur. Il est comme l’air qui manque, il est comme l’air qui surabonde. « 

La part manquante Christian Bobin.

Je ne peux m’empêcher depuis quelques mois de prendre quelques clichés fugitifs, comme des moments volés, arrachés, captés, et je dois dire que le téléphone rend bien justice…

De jolis coins dans le département..ici ..de mémoire,

le dimanche 26/03/17, Lac de Mesnil-st Père,

WP_20170326_018

 

Quelques minutes plus tard…

WP_20170326_020

« La légèreté, elle est partout, dans l’insolente fraîcheur des pluies d’été, sur les ailes d’un livre abandonné au bas d’un lit, dans la rumeur des cloches d’un monastère à l’heure des offices, une rumeur enfantine et vibrante, dans un prénom mille et mille fois murmuré comme on mâche un brin d’herbe, dans la fée d’une lumière au détour d’un virage sur les routes serpentines du Jura, dans la pauvreté tâtonnante des sonates de Schubert, dans la cérémonie de fermer lentement les volets le soir, dans une fine touche de bleu, bleu pale, bleu-violet,(…) »

La Folle allure Christian Bobin

M.G

 

 

Vocabulaire colorimétrie

Appelons un chat…un chat…

Questions de couleurs, de teintes  et de tonalités, variations de vocabulaire et ajustements, vous avez dit bleu ?  vert? plus poétique résonne le bleu canard, pétrole, pervenche ou minéral qui jouxtent parfois le céladon, viride et vert-de -gris…nuances, nuances quand tu nous tiens!

Afficher l'image d'origine

Vue aérienne…ciel

dsc04719

 

Toujours envie de capter la lumière, furtive…les pales endormies

 

wp_20160915_002

wp_20160915_001

 

wp_20160915_003

 

photographe mariage la reunion

 

Autre capture, surprenante,

et là on est servi  côté nuances…presque irréelle cette photographie…

dsc04943

Sans compter les adjectifs que l’on peut y joindre : clair, pâle, profond, sombre…les référents : vert émeraude, rouge coquelicot ou sang, rubis, gris perle, ceux attachés à des noms propres :bleu de Sèvres, bleu de Chartres, bleu de Delft,bleu de Chine, de Prusse, rose Bengale..et j’en passe,

alors, pourquoi se priver…

M.G

Quand Bussy rencontre Monet, les nymphéas ? noirs?

Un documentaire vient de passer sur Monet  (sur la 5) et ses nymphéas et je comprends bien cette idée de lumière qu’il cherchait à apprivoiser alors qu’elle s’échappait sans cesse dans le renouvellement des jours et des saisons, quitte à en faire une obsession.

Résultat de recherche d'images pour "nympheas monet"

« Ah, messieurs, je ne reçois pas quand je travaille, non, je ne reçois pas. Quand je travaille, si je suis interrompu, ça me coupe bras et jambes, je suis perdu. Vous comprenez facilement, je cours après une tranche de couleur. »
Monet à Georges Bernheim et René Gimpel

« Tandis que vous cherchez philosophiquement le monde en soi, j’exerce simplement mon effort sur un maximum d’apparences, en étroites corrélations avec des réalités inconnues. »
Monet

« L’aspect général du jardin, surtout le petit pont vert, lui a fait donner dans le pays le nom de « jardin japonais ». M. Hayashi, commissaire du Japon à l’exposition de 1900, fut, lui aussi, frappé de cette ressemblance, que Monet déclare n’avoir point cherchée. Son amour du Japon est pourtant profond. »
Maurice Kahn

cf :fondation Monet

Le Bassin aux nymphéas,1899.

Afficher l'image d'origine

 

 

 

 

 

 

 

 

Nymphéas nuages, Monet

Afficher l'image d'origine

Nymphéas, 1905, Monet.

Afficher l'image d'origine

C’est donc tout naturellement que Bussi a rejoint Blondel dans mon panier, ce sera ma dernière lecture avant la rentrée…j’utilise le futur, mais je viens ….de l’achever pour tout dire et là j’avoue, suis …sans voix…même un peu sonnée et c’est plutôt rare…Cette  première rencontre avec ce Normand sera mémorable, d’une part par le contexte, le hasard a voulu que je tombe sur ce fameux documentaire, que je me décides à faire une halte à Cultura , et que je le choisisse…On m’avait suggéré son nom et ses titres par un portrait élogieux  mais, initialement, je n’avais pas prémédité mes choix, j’ai commencé par les sorties et rentrées littéraires, puis j’ai été 2/ 3 fois au rayon littérature, puis science-fiction, politique, BD, avant de revenir en littérature..Bussi était en bas du rayonnage, la faute à son « B » et à l’alphabet, et ce titre n’était pas de ceux qui étaient mis en avant, après une petite fouille, c’est le titre qui m’a tenté, je me suis dit « tiens je viens de voir Monet et ses Nymphéas » et là « Nymphéas »  et je me souvenais de la citation de Clémenceau que Bussi redonne…

Afficher l'image d'origine

 

Lotus version kirigami (art du découpage/Japon)

Afficher l'image d'origine

Résultat de recherche d'images pour "origami lotus"

 

 

 

 

Version origami (art du pliage/Chine)

 

Alors  petite sélection, le temps que je retrouve les mots et le souffle:

p.134″ qui aurait pu croire que je deviendrais cela : une mégère qui passe sa vie derrière des carreaux gris, espionnant les voisines, les inconnus, les touristes? La concierge du village.Un hérisson, sans l’élégance. »

P.282 « Si j’osais, je dirais que ce n’est pas la rivière qu’il a choisi de draguer en premier.Mais bon, vous comprenez, quand on est qu’une vieille sorcière qui ne parle plus à personne, se raconter des calembours à soi-même, ça n’a pas grand sens »

p370 « Cela devient une obsession, ton histoire de môme.Tu as de la suite dans les idées, Sylvio »

p373 « Je vous parle du Baiser de Steinlen.C’est un simple croquis au fusain, juste quelques traits(…)Il la veut.Elle chavire, incapable de lui résister.Les amants sont indifférents aux ombres décuplées en arrière-plan, comme autant de menaces.C’est le plus beau dessin de Steinlen.Croyez-moi. C’est le véritable chef-d’oeuvre du musée de Vernon »

Le Baiser,de Steinlen.

On voit que Bussy s’est beaucoup documenté et on est littéralement transporté chez les impressionnistes, on pense et on devient Givernois, …Et Aragon, donné comme indice dans l’enquête,…Aurélien….et sa Bérénice…comme livre de chevet de Stéphanie, la mystérieuse et ravissante institutrice, la femme aux yeux mauve , et la litanie….. obsédante:

« Le crime de rêver je consens qu’on l’instaure

Si je rêve c’est bien de ce qu’on m’interdit

Je plaiderai coupable Il me plaît d’avoir tort

Aux yeux de la raison le rêve est un bandit »

Il s’agit d’un polar, noir donc, avec un meurtre à élucider, celui d’un chirurgien- ophtalmologue fin collectionneur de Monet (drôle quand on pense à la cataracte dont a souffert Monet!) qui se déroule à Giverny,  véritable village sanctuaire-musée  de Monet. Le lecteur est guidé par la vieille sorcière du moulin, qui espionne les Givernois en toute discrétion,invisible, mais semble en savoir beaucoup sur le meurtre et ceux à venir…

Les apparences sont entretenues par la complexité du schéma narratif, emprunts au conte, les temps du récit qui s’entremêlent, la  découverte des « caractères » des personnages et l’enquête policière qui piétine.

Giverny pose, c’est la toile de fond, qui peu à peu se colore, avec les enfants comme du temps de Monet, tout n’est pas figé mais reste les bords, on ne sort pas du cadre…reste juste quelques plis à prendre…J’adhère totalement au choix de Bussi pour la couverture, c’est plus qu’ingénieux : le fond noir qui appelle le titre Nymphéas noirs, rappelle les fondus au noir/blanc et effets de lumière en peinture, illusions et apparences, rend hommage à Monet et à son obsession pour capter la lumière ) et à la citation de son ami Clémenceau qui s’insurge à l’enterrement de Monet :

 » Non! Non! Pas de noir pour Monet, voyons! Le noir n’est pas une couleur! »; 

sans oublier le célèbre pont japonais de Monet et ses « nénuphars/nympheas/nymphée » d’Aragon,

au nombre de trois (nymphéas) et de couleur distinctes mais loin d’être anodines : blanc (jeunesse/naiveté,innocence, candeur), rose (émotions) mauve (couleur que l’on retrouve beaucoup chez Monet, couleur de ses yeux à Elle ) car p 13, 1ère ligne

« Trois femmes vivaient dans un village, la première….la deuxième….et la troisième… »qui rappelle les trois âges de maturité et le fil qui les relie comme les Parques!!! 

Juste une tâche…rouge… comme le sang………

Forêt enchantée

Quand un rai de lumière réverbère et perce effrontément…Séduite,  j’ai essayé de capter au mieux ce moment…le 12 juillet 2016

WP_20160712_041
Forêt qui borde la cité médiévale de Conflans (près d’Alberville).                                                                 M.G

 

Escale savoyarde pendant les vacances, du côté de la charmante cité médiévale de Conflans et rencontres surréalistes (côté Montalbert) avec des entités mythiques version « totémique »(car sculptées à la tronçonneuse) : licornes, Griffons, dragons, Pégase, somptueuse et terrifiante sirène et son chant  échos à Homère…

Moment où, on se prend au jeu ,  et retour à la légende arthurienne :à l’élu qui délivrera Excalibur de son roc, jouxte le fameux « saut de la Pucelle », qui relate la légende tarine de Jeanne, jouvencelle, aux prises avec un chevalier un brin trop entreprenant, et qui préfère se jeter dans un ravin

.Enfin, on ne peut faire l’impasse sur une rencontre avec le plus GRAND (à mes yeux ) des enchanteurs Merlin, même si l’atmosphère « Brocéliande » n’y est pas ! Pour celles et ceux qui veulent voyager dans le temps, j vous joins un lienMoyen age/légende arthurienne

DSC04881

Reste à éviter les trolls, gnomes et nains, sans compter les sorcières

DSC04872

qui peuplent le sentier des »Alpages enchantés »,(randonnée de 2h, dénivellé 100 m), à quelques mètres de la sirène, si vous arrivez en toute discrétion, vous apercevrez les marmottes…les vraies!

M.G

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :