Recherche

Lectures indélébiles Ecritures vagabondes

Journal de bord des lectures, critiques et moments d'écritures

Catégorie

Esthétique

Street art et cinéma…

 

« La couleur donne de la force à tes images. Elle est un moyen de rendre plus vrai le réel. Mais pour peu que ce réel ne le soit pas tout à fait (réel), elle accuse son invraisemblance (son inexistance). »

R. Bresson – Notes sur le cinématographe – Gallimard 1975; réed. 1993; Folio n°2705 – Notes 1950-1958; p113.

« Le cinéma c’est un désir très fort de marier l’image au son. » David Lynch

M.G

Publicités
Article mis en avant

Compil…street art/1/

 

Visuel…focus sur les artistes de rue et hommages,

ils habillent les halls,

les rues,

les escaliers,

version 2/3D, trompe-l’oeil,

tout est possible

messages de révoltes ou moments de poésie…

 

 

M.G

Article mis en avant

Traces de littérature street art/1…L’homme invisible.

Suite et illustrations,

l’invisible inspire …dans la rue

1/ « Charles Leval, alias Levalet est né en 1988 à Epinal. Il découvre l’art urbain en Guadeloupe où il commence à peindre sur les murs. En même temps que des études d’Arts Visuels, il s’intéresse à la photographie, à la sculpture et à la peinture avant de devenir agrégé d’Arts-Plastiques. Il est aujourd’hui professeur dans un lycée parisien le jour, street-artiste la nuit.  
Depuis 2012 Levalet a investi les rues parisiennes en proposant des personnages au langage corporel expressif. Cinéma, mime, théâtre d’improvisation nourrissent son travail pour donner naissance à une troupe de comédiens qui jouent des scènes en interaction avec le passant, soulignant l’absurdité de certaines situations de la vie quotidienne. »

issu de : Levalet…

 

 

 

2/ En tableau, version picturale

Andrea Clanetti Santarossa, L’HOMME INVISIBLE n°1 – Technique mixte – 100 x 100 cm –  sur http://www.lentrepot-monaco.com/pop_street_art.html

 

 

3/ L’homme invisible – Barcelone – ramblas ( espagne )

ZOOM : L'homme invisible - Barcelone - ramblas ( espagne )

3/ Bruno Catalano et ses « voyageurs »

http://brunocatalano.com/sculpture-bronze/bruno-catalano-a-propos.php

« Jamais je n’avais senti, si avant, à la fois mon détachement de moi-même et ma présence au monde.»
Albert Camus.

« Une valise, un homme. Il s’en empare, et se lance vers l’inconnu. Voyage volontaire vers un horizon qu’on embrasse et qu’on voudrait infini, ou voyage forcé, contraint par l’exil et la souffrance, en quête de liberté et guidé par la survie. Le voyageur de Bruno Catalano est cet homme laissé à lui même, un homme propulsé dans l’infini du temps et de l’espace. Sa maison n’est plus qu’une valise et son être, progressivement, se dépouillera de tout ce qu’il croyait indispensable, de tout son moi si savamment construit par nos sociétés. Il n’est plus l’homme d’un monde, mais l’homme dans le monde, encore empreint de sa culture mais devenu fragile face à l’immensité. Sa quête ne se fera pas sans dommages. Homme défragmenté, déstabilisé, dépouillé de ses repères, il marche vers son salut autant que vers sa perte. Tout sera désormais a réinventer. Ce voyageur s’échappe de lui même, à la rencontre de sa terre inconnue.

Artisan sculpteur, ainsi qu’il se définit lui-même, Bruno Catalano a débuté sa carrière en 1990. »

Résultat de recherche d'images pour "street art catalano"

M.G

Article mis en avant

Colorimétrie/ variations.

Les gris de jours…

 

Les grisées…

Les tombées crépusculaires..

M.G

Colorimétrie/clichés

Un documentaire sur Monet me revient sans cesse en tête et depuis,

je comprends mieux son obsession de la lumière et de certaines teintes bleutées, bleuâtres…shades of blue…Aaron

« Les mots se détachent du ciel bleu. Ils descendent lentement sur la page. Ils disent la légèreté, l’ardeur et le jeu. Ils disent l’amour unique, l’amour terrestre. C’est un amour qui contient Dieu, les anges et la nature immense. Il est infime, minuscule. Il tient dans la gorge d’un moineau. Il dort dans le cœur d’un homme simple. Il s’enflamme dans l’air pur. Il est comme l’air qui manque, il est comme l’air qui surabonde. « 

La part manquante Christian Bobin.

Je ne peux m’empêcher depuis quelques mois de prendre quelques clichés fugitifs, comme des moments volés, arrachés, captés, et je dois dire que le téléphone rend bien justice…

De jolis coins dans le département..ici ..de mémoire,

le dimanche 26/03/17, Lac de Mesnil-st Père,

WP_20170326_018

 

Quelques minutes plus tard…

WP_20170326_020

« La légèreté, elle est partout, dans l’insolente fraîcheur des pluies d’été, sur les ailes d’un livre abandonné au bas d’un lit, dans la rumeur des cloches d’un monastère à l’heure des offices, une rumeur enfantine et vibrante, dans un prénom mille et mille fois murmuré comme on mâche un brin d’herbe, dans la fée d’une lumière au détour d’un virage sur les routes serpentines du Jura, dans la pauvreté tâtonnante des sonates de Schubert, dans la cérémonie de fermer lentement les volets le soir, dans une fine touche de bleu, bleu pale, bleu-violet,(…) »

La Folle allure Christian Bobin

M.G

 

 

Colorimétrie suite……

 

Des clichés quelque peu givrés…

nuances de gris, blanc…les paysages semblent davantage figés…comme irréels…

.wp_20170101_034

 

Alors poursuite..pour le plaisir du vocabulaire…

Les teintes de gris

Ardoise, taupe, perle, fer, étain, mastic, plomb, souris, vert de gris, argent, anthracite …

teintes de gris Ardoise, taupe, perle, fer, étain, mastic, plomb, souris, vert de gris, argent, anthracite

M.G

Colorimétrie suite…clichés/ nuances

 

Plus sombres,

tombée des nuits et flous…artistiques…wp_20161201_003wp_20161201_004wp_20161201_006

toutes les teintes de marron Grège, châtaigne, café, cannelle, sépia, bistre, fauve, rouille, tommette, brique, bitume, citrouille

teintes de rougeVermillon, tomate, sang, écarlate, cardinal, rubis, grenat, bordeaux, coquelicot, carminToujours plus de tonalités….M.G.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :