Recherche

Lectures indélébiles Ecritures vagabondes

Journal de bord des lectures, critiques et moments d'écritures

Mois

avril 2018

Pause…polar..Lisa GARDNER, La fille cachée.

Premier polar avec cette auteure américaine pour moi,

publiée dans 30 pays et dans la veine des thrillers.

La fille cachée n’appartient à aucun cycle, Gardner reprenant ses personnages au cours d’enquêtes, même si j’ai pu faire la connaissance de Pierce Quincy comme sommité dans le profilage..

 

Résultat de recherche d'images pour "la fille cachée lisa gardner"

 

 

Résultat de recherche d'images pour "la fille cachée lisa gardner"
4ème…

Ce que j’en ai pensé…

J’ai passé un bon moment de lecture, toute fraîche,

les 470 pages se lisent bien et plutôt vite,

« -Vous pouvez laisser la lampe allumée, si vous le désirez.

-Ça ira. Je suis une grande fille. Je n’ai plus peur dans le noir.

-Une grande fille ? Moi, je suis un agent du FBI et les agents du FBI sont tous des couards. Je vous assure qu’il n’est pas un inspecteur vivant qui ne dorme sans veilleuse. »

je regrette cependant une certaine prévisibilité qui laisse entrevoir le dénouement et des personnages plus proches des stéréotypes ( famille américaine aisée, genre « la belle vie « , rêve américain….) que de l’authenticité, « Ravir à autrui ce qu’il possède, tout simplement parce que ça lui appartient. C’était à la fois de l’insensibilité, de la cruauté et pire. »

certains passages auraient mérité plus de développement « On a invariablement ce qu’on mérite » et parfois une impression d’alambiquée qui dessert le scénario.

Pour autant, je compte poursuivre avec Gardner et un prochain titre à venir..mais Thilliez et Bussi m’attendent aussi…

D’autres titres…Gardner : pour aller plus loin,

Sources : Albin Michel,

Livre de Poche,Babélio,

Site de l’auteur https://www.lisagardner.com

https://polar.zonelivre.fr/lisa-gardner-biographie-et-bibliographie/

BIBLIOGRAPHIE

DÉTECTIVE D.D. WARREN

  1. Disparue (Albin Michel en 2008, Livre de Poche en 2010) Alone
  2. Sauver sa peau (Albin Michel en 2009, Livre de Poche en 2011) Hide
  3. La maison d’à côté (Albin Michel en 2010, Livre de Poche en 2012) The Neighbor
  4. Les morsures du passé (Albin Michel en 2012) Live to Tell
  5. Preuves d’amour (Albin Michel en 2013, Livre de Poche en 2015) Love you More
  6. The 7th Month (USA- Nouvelle)
  7. Arrêtez-moi (Albin Michel en 2014, Livre de Poche en 2017) Catch Me
  8. Fear Nothing (USA 2014)
  9. 3 Truths and a Lie (short story) (USA 2016)
  10. Lumière noire (Albin Michel 2018) (Find Her – USA 2016)

SÉRIE FBI PROFILER

Parmi les personnages récurrents : Pierce Quincy et sa fille Kimberly Quincy, aidés par Rainie Conner, ancienne avocate devenue enquêtrice privée.

  1. Jusqu’à ce que la mort les sépare (L’Archipel en 2000, Archipoche en 2001) The Perfect Husband
  2. Tu ne m’échapperas pas (L’Archipel en 2003, Livre de Poche en 2005) The Third Victim
  3. La vengeance aux yeux noirs (L’Archipel en 2004, J’ai Lu en 2006, Livre de Poche en 2015) The Next Accident
  4. The Killing Hour (USA)
  5. Disparue (Albin Michel en 2008, Livre de Poche en 2010) Gone
  6. Derniers adieux (Albin Michel en 2011, Livre de Poche en 2013) Say Goodbye

Série Détective privée Tessa Leoni

  1. Preuves d’amour (Albin Michel en 2013, Livre de Poche en 2015) Love You More
  2. Famille parfaite (Albin Michel en 2015, Livre de Poche 2018) Touch & Go
  3. Le Saut de l’ange (Albin Michel en 2017) Crash & Burn

AUTRES ROMANS POLICIERS

  • La fille cachée (L’Archipel en 2001, Archipoche en 2002) The Other Daughter
  • The Surivors Club (USA)
  • I’d Kill For That (USA)

SOUS LE NOM D’ALICIA SCOTT (liste non exhaustive)

  • Maggie’s Man (USA)
  • MacNamara’s Woman (USA)
  • Brandon’s Bride (USA)

 

M.G

Antigone, Sophocle/théâtre/5/5.

Dernière représentation cette année,

après le 4 ème mur et l’évocation d’Antigone version Anouilh,

j’enchaîne avec celle de Sophocle, comme un cycle..

un goût..certain… pour le tragique, enfin n’est-ce pas ce que l’on peut attendre du théâtre, un retour aux sources?

« ANTIGONE. –

Fais ce que tu veux, mais moi, je l’ensevelirai, et il me sera beau de mourir pour cela. Ayant commis un crime pieux, chère je me coucherai auprès de qui m’est cher ; car j’aurai plus longtemps à plaire à ceux qui sont sous terre qu’à ceux qui sont ici. »

Traduction et adaptation Philippe Demain

avec Delphine Bechetoille, Christine Berg, Valentin Boraud, Jean-Michel Guérin, Camille Plocki, Stephan Ramirez, Gisèle Torterolo, Jean-Louis Wacquiez

mise en scène Christine Berg

dramaturgie Philippe Demain

scénographie i&mt lumières Jean-Gabriel Valot

costumes Françoise Kepler

régie plateau Morgane Barbry et Baptiste Nicoli

construction du décor Florent Gallier

administration Fabienne Christophle/G.E.F.

Coproduction ici et maintenant théâtre/Grand Théâtre de Calais/Espace Jean Vilar de Revin.

La cie Ici et maintenant théâtre est conventionnée avec le Conseil Régional Grand Est et la Ville de Châlons-en-Champagne. Projet soutenu par le Conseil Départemental de la Marne et la DRAC Grand Est (Aide à la production).

Avec la participation du Jeune théâtre national.

« KRÉÔN.

Et ainsi, tu as osé violer ces lois ?

ANTIGONÈ.

C’est que Zeus ne les a point faites, ni la Justice qui siège auprès des dieux souterrains. Et je n’ai pas cru que tes édits pussent l’emporter sur les lois non écrites et immuables des dieux, puisque tu n’es qu’un mortel. Ce n’est point d’aujourd’hui, ni d’hier, qu’elles sont immuables ; mais elles sont éternellement puissantes, et nul ne sait depuis combien de temps elles sont nées. Je n’ai pas dû, par crainte des ordres d’un seul homme, mériter d’être châtiée par les dieux. […

Et si je te semble avoir agi follement, peut-être suis-je accusée de folie par un insensé. »

Une jolie mise en scène,

toute en modernité, il faut bien l’avouer, Antigone dépoussiérée n’a rien perdu de son charme,

effrontée comme toujours,

au coeur de conflits et d’un véritable destin individuel dépassant très largement la polis grecque, un moment de révolte bien servi par le jeu des comédiens.

MG

 

 

 

 

Pour aller plus loin, le lien vers le dossier de presse : http://www.theatredelamadeleine.com/images/programme/annee-2017-2018/antigone/antigone-ici-et-maintenant-theatre-presse.pdf.pdf

Désolée, je suis attendue, Agnès Martin-Lugand.

Désolée, je suis attendue par Martin-Lugand

Mon 4ème,

après Les gens heureux lisent et boivent du café, Entre mes mains le bonheur se faufile, et La vie est facile ne t’inquiète pas…

Désolée, je suis attendue, un leitmotiv pour Yael,

figure emblématique de l’ambition,

ce n’est pas Rastignac c’est certain,

une obsession,

s’engouffrer corps et âme dans la carrière professionnelle

« J’aime être pressée, overbookée, demandée, connectée…ça me permet de respirer. « 

quitte à oublier__________

l’essentiel

ou à fuir

dans la représentation et le jeu social,

quitte à vivoter, davantage attaché à des automatismes et à la préservation de soi.

« Le monde, les autres n’existaient plus, je n’avais plus aucune notion de ce qui était bon, mal juste ou injuste. Mon existence se résumait au prisme des informations délivrées par cette chose inanimée, sans émotions. J’étais une coquille vide de tout, sans considération(…) « 

Quelque peu émoussé dans le style, j’ai été moins emballé par ce roman que j’ai trouvé plus prévisible, plus répétitif,

avec quelques longueurs même,

le personnage de Yael me semble moins fouillé,

j’ai cependant apprécié le rappel à Iris d’Entre les mains le bonheur se faufile. »Sans plus se préoccuper de moi, il retourna à son écran. Avant de partir, je repassai dans mon placard à balais récupérer mon sac. Comme un automate, à moitié sonnée, je pris le métro et m’écroulai sur un strapontin. Qu’est-ce qui venait de me tomber sur la tête ? « 

M.G

Le 4ème mur, Sorj CHALANDON/théâtre/4.

Dernier spectacle vu, 29 mars,

Adapté du roman de SORJ CHALANDON,

Création 2016

Sur une idée originale de Thierry Auzer et Luca Franceschi

direction artistique Thierry Auzer

adaptation et mise en scène Luca Franceschi

composition musicale Nicolas « TIKO » Giemza

chorégraphie Fanny Riou

avec Samuel Camus, Mathilde Dutreuil, Salla Lintonen, Yannick « YAO » Louis, Nicolas Moisy, Alexandra Nicolaïdis décors Thierry Auzer et Vincent Guillermin

création lumières Antoine Fouqueau

costumes Laurence Oudry

Production théâtre des Asphodèles.

Avec le soutien de l’ADAMI, Ville de Lyon, Région Auvergne Rhône-Alpes.

theatre-des-asphodeles-le-quatrieme-mur-theatre-de-la-madeleine
« L’idée de Samuel est belle, utopique. Monter Antigone en pleine guerre au Liban en rassemblant sur scène des comédiens issus de chaque camp belligérant, afin de « donner à des ennemis une chance de se parler », de « les réunir autour d’un projet commun ».
En adaptant le roman de Sorj Chalandon avec une mise en scène à la croisée de disciplines urbaines, la Cie des Asphodèles questionne l’utilité de l’art dans la société, avec l’énergie et l’inventivité propices à l’éclosion d’un univers poétique et sensible qui soit aussi une fenêtre ouverte sur le monde. »

Jolie représentation contemporaine, arrière fond marqué par du beatbox,

tragédies en toile de fond  et de sa mécanique impitoyable,

enfermé entre 4 murs,

(guerre, conflits et trahisons,  snipers et morts )

et espoirs,

autour d’Antigone, l’idée d’une réconciliation,

le temps d’une possible___ trêve,

bercés par les voix des comédiens, qui renforcent les tensions narratives,

entre horreurs et absurdités, jusqu’à l’aveuglement…

Quand Sorj SALANDON évoque son roman,

Pour aller plus loin accès au dossier presse http://www.theatredelamadeleine.com/images/programme/annee-2017-2018/le-quatrieme-mur/le-quatrieme-mur-cie-des-asphodeles-presse.pdf

Un spectacle d’où irradiait une violence et une puissance évocatrice certaine, qui ne peut laisser insensible et que je garderai en tête..M.G

Un air de printemps/poésie..

 

Le printemps, 1872, Claude Monet.

File:Claude Monet - Springtime - Google Art Project.jpg

 

Le printemps me plaît.

Le printemps me plaît… J’erre avec délices 
Dans les champs joyeux, avec les moineaux ; 
Je contemple tout : les riches calices, 
Les insectes d’or et les foins nouveaux.

Ninetta là-bas relève sa robe, 
Et, pour passer l’eau, montre son bas blanc : 
Par le sang du Christ ! l’homme, roi du globe, 
Devant ce pied-là se sent tout tremblant !

Le printemps me plaît… Je dis des folies ! 
Je suis sérieux, à la fois, et gai. 
D’azur et de miel les fleurs sont emplies : 
Pour suivre Nina j’ai passé le gué.

Bonjour, Ninetta ! j’éprouve en mon âme, 
Dieu me le pardonne ! un trouble connu… 
Viens, repasse l’onde en mes bras, ô femme, 
Ou livre au ruisseau ton joli pied nu !

Jean Aicard.(1848-1921)
Les jeunes croyances (1867)

 

Le printemps.

Gentils oiseaux, venez à ma fenêtre, 
Ce blanc duvet est pour vos petits nids ; 
Je sens aussi que le printemps va naître, 
Mon cœur ému s’épanche au sein des nuits. 
Les fleurs déjà dégagent leurs corolles, 
Leur corset vert ne craint plus les autans ; 
Voici les jours des jeux, des danses folles, 
Jolis oiseaux, célébrons le printemps.

Présage heureux, la nature féconde 
Sème de fleurs le lit de son époux ; 
Partout l’amour devient la loi du monde 
Et les amants ont des regards plus doux. 
Voici venir l’heure de la tendresse, 
L’heure joyeuse aux baisers éclatants ; 
Buvons donc tous aux coupes de l’ivresse ; 
Jolis oiseaux, célébrons le printemps.

Oh ! connue vous que n’ai-je aussi des ailes 
Pour m’envoler sous les bois odorants ! 
Que n’ai-je aussi des caresses nouvelles 
Pour apaiser mes pensers délirants ! 
Mais ici-bas, solitaire et rêveuse, 
Je ne connais que les tristes instants ; 
Combien pourtant je voudrais être heureuse ! 
Jolis oiseaux, célébrons le printemps.

En écoutant la chanson si jolie 
Que vous jetez aux vents de l’horizon, 
Je sens mon cœur pris de mélancolie, 
Et de désirs qui troublent ma raison, 
Après ces chants qui peignent votre flamme, 
De volupté je vous vois palpitants ; 
Et moi j’attends à qui donner mon âme ; 
Jolis oiseaux, célébrons le printemps,

N’ai-je pas droit à la faveur céleste, 
Au tendre amour, à ma part de bonheur ? 
La vie, hélas ! serait un don funeste 
Si l’on devait languir dans le malheur ; 
Mais Dieu jamais ne manque à ses promesses, 
Il fit un cœur pour tout cœur de vingt ans. 
Je suis aimée, allons ! plus de tristesses, 
Jolis oiseaux, célébrons le printemps.

François-Marie Robert-Dutertre.(1815-1898)

Les loisirs lyriques (1866).

M.G.

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :