Choix de ce recueil, artificiel,

 

https://i0.wp.com/a395.idata.over-blog.com/1/35/13/57/12-04/William-Faulkner-Une-rose-pour-Emily.gif

de quatre nouvelles issues des Treize nouvelles, 1 ères oeuvres traduites en français dans les années 1930, il fallait bien choisir un titre pour commencer mon initiation à Faulkner, ça me tentait depuis un moment, je suis tombée dessus par hasard, d’occasion, et je poursuivrai avec celui emprunté à la bibliothèque bien plus connu, Le Bruit et la Fureur.

Lu ce jour, ces quatre nouvelles s’articulent autour des femmes : Miss Emily, Susan Reed, Nancy et Minnie Cooper…La quatrième est celle qui m’a davantage touchée, je reste…comment dire …fascinée devant certaines tournures descriptives ( je marque toujours certains passages du livre, post-it miniatures, marque-pages, cornes..)

paysage intérieur non dénué d’une poésie, d’onirisme…

chapitre III, p.116 « Le jour était mort sous un linceul de poussière.Au-dessus du square sombre enseveli sous la poussière retombée, le ciel était aussi clair que l’intérieur d’une cloche de cuivre. Sous la ligne de l’orient on sentait la rumeur d’une lune deux fois pleine. »

« A l’est, la blême hémorragie e la lune croissait. Elle pesait sur la crête des collines, argentant l’air et la poussière, si bien qu’ils avaient l’air de respirer, de vivre, si bien qu’ils avaient l’air de respirer, de vivre dans une vasque de plomb fondu. Nul bruit, ni d’insecte, ni d’oiseau nocturne ; rien que le souffle de leur respiration et un léger cliquetis de métal contracté, dans les autos. »p118/119

« La lune avait monté, elle glissait très haut, sortie enfin du nuage de poussière sous lequel, au bout d’un moment, la lueur de la ville apparut. »p.123

« Pas un mouvement, pas un bruit, pas  même un insecte. On eût dit que le monde gisait dans l’obscurité, abattu, sous la froideur de la lune et l’insomnie des étoiles. »

qui tranche avec les thèmes plus sombres abordés, la folie et les tourments de l’esprit,

les obsessions, sous versant tragique coloré de tensions raciales et ségrégationnistes, entre « Noir, petit nègre, négresse, négritude, sale négrophile » face au « Mister, Blanc » soupçons et promesses de lynchages, thèmes de la servitude et de l’esclavage…en fin de lecture, notamment de cette quatrième nouvelle, afflux spontané d’images en tête, du Ku Klux Klan…et qui incite à une certaine endurance…et qui me remet en mémoire d’autres travaux et thèses en cours ( notamment l’étude de la mission civilisatrice de l’homme blanc 1830/1914 que j’avais faite en maîtrise etc…) .

Résultat de recherche d'images pour "sud nord racisme amerique"

http://www.racisme-etats-unis.sitew.com/

 

 

 

 

 

M.G

Publicités