Image associée

Dévoré ce petit livre ,

1er essai pour moi avec  Stéphanie Bataille, et c’est son premier roman,

140 pages/1h14,

et c’est une réussite, je me suis laissée emporter avec en horizon cette gifle, on la sent venir,

mais c’est de l’ordre de l’inéluctable, inévitable,

pas d’autre issue avec l’Hydre..

. »L’Hydre est un colosse fascinant, un homme de race, un curieux personnage, un étrange animal, un monstre dans un habit de marquis.p64″

« L’Hydre fait très fort.(…) »

« l’Hydre est un pyromane du sentiment. »p.139

dixit l’éditeur et la 4ème :
« Pour s’éprendre il faut se faire aimer, pour se déprendre peut-être aussi faut-il savoir se faire haîr, ce que sait parfaitement faire l’écrivain. »

 

Encyclopaedia Universalis

Hydre de Lerne
Entrer une légende

Hydre de Lerne Né de Typhon et d’Échidna, l’hydre de Lerne est un serpent à plusieurs têtes qui repoussent dès qu’elles sont tranchées. Son haleine est mortelle et, dans son sang, coule un poison foudroyant. Elle fut abattu par Héraclès qui, aidé de son neveu Iolaos, empêcha ses têtes de repousser en brûlant…

 

« Je suis très loin de m’imaginer que le sang va encore couler » p.29

Le « je » mène le combat, déséquilibré ,inégal,

elle, n’a semble-t-il,

aucune chance,

le monstrueux prend de l’envergure et étouffe, sans remords aucun, les adversaires se jaugent, s’observent avant l’assaut final..

 

Moreau : Héraclès et l'Hydre de Lerne.

Héraclès et l’hydre de Lerne, par Gustave Moreau.

M.G

Publicités