« C’était mieux avant, » un leitmotiv qui revient souvent et qui une fois asséné vous fait passer au meilleur des cas pour un nostalgique, au pire pour un vieux réac, et qui inspire, que ce soit sous une perspective psychologique ou sous formes de petits billets d’humeur, de souvenirs épars et réminiscences certaines, façon madeleines proustiennes..

Pour ma part, il arrive qu’au cours de soirées on entonne quelques airs, la soirée bien avancée, et on jubile devant les souvenirs communs, et oui, la génération « club Dorothée » nous aura au moins permis cela!

Sans transition mais pour illustration, extrait du célèbre personnage  « Le Chat » né le 22 mars 1983, de l’imagination bien fertile du belge Philippe Geluck et dont de temps à autre je me régales façon petites bouchées…

Afficher l'image d'origine

Résultat de recherche d'images pour "geluck le chat nostalgique"

 

 

 

 

 

 

 

Autre version du syndrôme du rétroviseur avec ce livre:

« C’était mieux avant ! Que l’on parle d’orthographe, d’éducation, de chômage ou encore de la mode, c’est devenu une évidence pour beaucoup que les grandes années sont derrière nous.

Mais qu’est-ce qui se cache derrière cette vague sans précédent de nostalgie qui envahit notre quotidien et s’est renforcée depuis bientôt deux décennies ? Qu’est-ce qu’elle nous apprend sur le monde dans lequel nous vivons ? Qu’est-ce qu’elle nous dit sur nous-mêmes, notre lien aux autres, à nos enfants, à nos parents, à la société ? Quelle peur de l’avenir traduit-elle ?

Patrick Nussbaum et Grégoire Evéquoz prennent du recul pour observer ce phénomène, mieux le comprendre et relativiser. Car tout n’était peut-être pas mieux avant, et tout n’est pas pire maintenant. Alors, qui peut prédire ce que nous réserve le futur ? Face au pessimisme ambiant, ce livre propose une réflexion sur la société d’hier et d’aujourd’hui, afin de ne pas rester enfermé dans un passé idéalisé et de profiter des avantages offerts par le présent. »

Afficher l'image d'origine

Ce qui est assez drôle quand on pense au « c’était mieux avant », c’est cette idée quelque peu pessimiste et fataliste qui est sous entendue ou présupposée mais qui reste prégnante, on le devine dans le retour aux sources, le côté cyclique, dans les bonnes vieilles recettes d’autrefois, que ce soit dans l’industrie musicale ou la mode vestimentaire.(vive le recyclage!!)

Je souris d’avance devant le retour des années 80 dans les sonorités (une bonne chose à mon avis)  et m’enthousiasme, extrait du moment avec Yuksek et sweet Addiction

Yuksek « Sweet addiction »

et les affreux petits shorts taille haute (sans compter les dérives capillaires et le fluo, my god!!!) qui commencent à inonder les clips .

Ce qui me donne l’occasion de ressortir du placard ce bon vieux Levis (impossible de l’oublier il est à l’épreuve du temps) et mes converses, cultissime!!!

 

Afficher l'image d'origine

Publicités